projecto memoria

   L’installation est éphémère et se déroule dans la noirceur. Elle comprend 10 bocaux. Dans chaque bocal se trouve une cellule nerveuse (neurone) créée avec de la colle chaude et de la peinture glow in the dark, ou du moins ce à quoi ressemblerait une neurone grossie des milliers ou millions de fois. Il y a un souvenir d’écrit sur un papier dans chaque bocal. Chaque souvenir d’écrit est une retranscription, de mémoire, du souvenir le plus marquant d’une personne anonyme.  L’installation étant interactive, les gens manipulent les souvenirs, les sortent des bocaux, les lisent, manipulent les neurones comme s’ils se trouvaient dans un laboratoire scientifique au coeur d’une recherche portant sur la mémoire. Ils lisent le souvenir d’écrit, le temps que la luminescence des papiers s’estompe entièrement. Ne reste plus que la noirceur et le souvenir de la lecture du souvenir anonyme. C’est donc le souvenir d’un souvenir d’une personne anonyme que j’ai retranscrit de mémoire. La lumière glow in the dark  disparaît avec le temps tels nos propres souvenirs. De plus, il est reconnu que chaque humain invente de toute pièces certains souvenirs ou en modifie la, car ils sont de moins en moins précis. Cette installation se veut un petit clin d’oeil à ce phénomène, car le lecteur détient maintenant le souvenir de quelqu’un d’autre, qui peut avoir été déformé pendant le processus, ou se déformera, voire même disparaîtra de la mémoire du lecteur avec le temps.

Publicités